En Israëlחדשות

Les pharmaciens exigent que le cannabis soit administré à leur discrétion professionnelle

Afin de faire face à la pénurie de fleurs de cannabis médical dans les pharmacies, l'Association des pharmaciens israéliens a adressé une lettre urgente au ministère de la Santé pour lui demander d'autoriser la délivrance de cannabis même si les détails de l'ordonnance délivrée par le médecin traitant n'étaient pas exacts.

En raison de la pénurie de cannabis dans les pharmacies, l'Association des pharmaciens israéliens a adressé une lettre urgente au ministère de la Santé pour lui demander de lui permettre de délivrer du cannabis médical à sa discrétion.

Dans la lettre adressée au directeur de l’unité du cannabis médical, Yuval Landstedt, et au professeur Itamar Grotto, directeur général adjoint du ministère de la Santé, les pharmaciens demandent qu’ils soient autorisés à délivrer du cannabis même si cela n’est pas conforme à la prescription exacte émise par le médecin traitant.

Une des principales raisons de la pénurie est que les ordonnances données aux patients déterminent le pourcentageTHC EtCBD Ce que les pharmaciens doivent dispenser, ce qui entraîne le fait que si des produits de la catégorie correspondante sont manquants, les patients sont obligés de chercher une autre source.

Les pharmaciens exigent, en coordination avec le médecin traitant, qu’ils puissent par exemple délivrer un cannabis T15 / C3 même si le médecin a défini la catégorie T20 / C4.

Cette demande avait déjà été présentée au ministère de la Santé lors d'une réunion spéciale entre le ministère de la Santé et le magazine Cannabis, mais elle a été rejetée et il a été décidé de l'examiner ultérieurement. Les pharmaciens espèrent maintenant que leur demande aidera à promouvoir cette correction.

Un autre amendement demandé par les pharmaciens, qui a déjà été approuvé en principe par le professeur Grotto lors de la réunion puis dans le communiqué de presse, concerne le fractionnement des prescriptions - c'est-à-dire de permettre au patient de recevoir une partie des fournitures dans une pharmacie et l'autre, ce qui n'est pas possible aujourd'hui. Ils ont droit à une ordonnance.

"Récemment, nous avons reçu de nombreuses demandes de patients souffrant de cannabis médical qui n’ont pas réussi à les aider en raison de la grave pénurie d’inflorescences", écrit le pharmacien dans une lettre signée du directeur général de l’Association des pharmaciens Amir Nitzan.

"Dans la situation actuelle, nous pensons que la réponse qui peut être donnée aux patients de deux manières doit être assouplie: recevoir votre approbation pour la possibilité de passer d'une concentration de THC / CBD à notre discrétion et en consultation avec le médecin traitant, en fonction de la disponibilité des inflorescences sur le marché."

"Si la pharmacie dispose d'un inventaire permettant la délivrance partielle de l'ordonnance, le patient doit être autorisé à exécuter l'ordonnance dans une autre pharmacie - de manière à ce que le patient reçoive une réponse immédiate et même partielle et dispose de suffisamment de temps pour combler les lacunes d'une autre pharmacie en fonction de ses besoins."

Le ministère de la Santé n'a pas encore répondu.

La lettre envoyée par l'association des pharmaciens au ministère de la santé

Amendes de cannabis

(A partir de 1 en avril 2019)

Basé sur un chiffre révélé par le ministre Erdan. La police refuse de révéler son chiffre officielDétails ici)

Retour à bouton en haut