En Israëlחדשות

Les comités gouvernementaux discutent de la question des prix du cannabis médical

Le ministère de la Santé a commencé à mettre en place un contrôle des prix sur les coûts des produits à base de cannabis médical, ainsi que sur les coûts des visites chez le médecin habilité à émettre des prescriptions de cannabis médical. Le Comité économique et le Comité des prix discuteront de cette question et détermineront.

À la lumière des plaintes des patients sous cannabis médical concernant le montant du paiement - à la fois les médecins autorisés à établir des registres de cannabis médical et les coûts des produits à base de cannabis dans les pharmacies - le ministère de la Santé a promis d'agir dans ce dossier.

Comme Qui a été exposé pour la première fois Dans le magazine Cannabis, le ministère de la Santé s'emploie à empêcher les HMO de facturer plus de 279 à un maximum de NIS 283 pour une visite afin de donner ou de renouveler une ordonnance.

Toutefois, tel que publié, l’approbation du Comité des finances est nécessaire pour approuver cette restriction, qui aura lieu demain (mercredi) à la Knesset.

"Le Comité des finances discutera demain avec une demande de recouvrement des fonds d'une caisse de maladie assurée pour une licence de cannabis médical", a déclaré le président du comité, MK Moshe Gafni du United Torah Judaism.

"Dans le cadre de la réforme, une licence sera fournie pour la fourniture de cannabis par l'intermédiaire des médecins de la caisse maladie agréés par le ministère de la Santé, et la discussion portera notamment sur la collecte de 278 NIS, une franchise pour les assurés de caisse maladie liés à la délivrance de cette licence."

Parallèlement, le ministère de la Santé surveille également le prix du cannabis pour les patients, de sorte qu'il ne dépasse pas 400 à 500 par mois pour les utilisateurs autorisés à bénéficier de 50 par mois, à comparer au prix actuel pratiqué dans les pharmacies, qui peut parfois atteindre 1 000 NIS par mois.

La question des prix des produits à base de cannabis ne fait que gagner, à la dernière minute, aux soins du ministère de la Santé, malgré les avertissements concernant la hausse attendue des prix publiés dans Cannabis Magazine, tant que 2017 est basé sur Rapport Préparé par le ministère de l'agriculture.

Toutefois, pour le contrôle des prix des produits à base de cannabis, l'approbation du Comité des prix, un comité interministériel dépendant du ministère des Finances, est requise.

Dans une lettre adressée au ministère des Finances par le directeur général du ministère de la Santé, Moshe Bar-Siman Tov, "la tendance à la hausse du nombre de licences pour patients n'a pas encore atteint son apogée et nous nous attendons à une augmentation du nombre de licences. Je demanderai au comité des prix de discuter de la question et de recommander le prix maximum de ce produit, afin de permettre à celui-ci d'être livré aux patients à un prix équitable et non exorbitant. "

Selon Bar Siman Tov, "il est à craindre que la situation actuelle, dans laquelle il n’existe aucune intervention réglementaire en matière de prix, conduise à la fixation de prix plus élevés que nécessaire, ce qui sera nécessaire pour payer les patients dont la population est affaiblie. Nous pensons qu’il est juste de préparer cette possibilité à l’avance et de réduire le potentiel de réduction des prix. "

Cette décision du ministère de la Santé d’imposer un contrôle des prix des produits à base de cannabis a suscité la colère de certains professionnels de l’industrie, qui ont estimé que, sur la base des propos de Yuval Landstaff, le responsable de l’industrie, l’industrie serait en mesure d’appliquer des prix plus élevés.

Par exemple Certains les estiment Que les coûts du cannabis médical augmentent de 200 à 300 NIS pour 10 uniquement, c’est-à-dire jusqu’à 1,500 NIS et peut-être davantage pour les patients ayant droit à 50 C par mois. La décision de contrôler les prix les a amenés à déclarer qu'ils envisageraient même de fermer leurs usines en Israël et de passer à des activités à l'étranger.

D'autre part, comme nous l'avons révélé, certaines entreprises déclarent pouvoir contrôler ce prix et même s'en féliciter.


Amendes de cannabis

(A partir de 1 en avril 2019)

Basé sur un chiffre révélé par le ministre Erdan. La police refuse de révéler son chiffre officielDétails ici)

Retour à bouton en haut