En IsraëlחדשותLégalרפואי

Le ministère de la Santé renonce à l'obligation de fournir du cannabis aux patients: le tribunal décidera

Le ministère de la Santé a affirmé ce matin que la responsabilité et l'obligation de fournir du cannabis médical en continu aux patients titulaires d'une licence incombent aux fabricants, et non à eux. L'audience a eu lieu à la suite de dizaines de petites réclamations déposées par des patients qui n'avaient aucune fourniture après la fermeture de la ferme de Tikkun Olam.

Le juge Udi Hecker a décidé qu'une décision finale sur la question serait présentée d'ici la fin du mois de septembre, en vue de déterminer qui devrait être responsable de la délivrance de cannabis aux patients.

Alors que l'État affirmait que la responsabilité incombait aux entreprises productives, les patients ont affirmé par leur avocat que l'obligation incombait à l'État et au ministère de la Santé. Si le juge décide de prendre en charge les patients, le ministère de la Santé sera obligé de leur verser une indemnité.

La discussion a eu lieu ce matin après les derniers mois Ont été soumis Le tribunal avait des dizaines de petites réclamations équivalant à des milliers de shekels de patients traités avec du cannabis médical qui devaient rester pendant de longues périodes sans fourniture de cannabis, après la cessation de l'activité de Tikkun Olam, sur ordre du Ministère de la santé.

Les patients devaient soumettre leurs licences à l'unité de cannabis médical et attendre qu'une nouvelle licence leur soit envoyée pour être livrée par une autre société, Aspiration for Life.

Entre la remise de la licence et la réémission, plusieurs centaines de patients au moins sont restés, sinon plus, dans l'impossibilité de recevoir des fournitures, parfois pendant un mois ou plus, en partie à cause de divers dysfonctionnements du ministère de la Santé tels que la perte de formulaires et la bureaucratie régulière.

Le fait que de nombreux patients soient restés sans approvisionnement continu en cannabis pendant une longue période a conduit des dizaines d’entre eux à déposer des réclamations dans le cadre d’une procédure de "réclamation mineure", qui ne nécessite pas le recours à des services de conseil. Parmi les patients, certains ont affirmé avoir dû acheter du cannabis sur le marché noir et ont donc demandé une compensation monétaire.

En réponse, le ministère public a affirmé que, puisque des dizaines d'affaires identiques portant sur le même sujet étaient combinées en une seule et même action en justice ordinaire, et que la demande d'achat au marché noir ne pouvait être acceptée, il s'agissait d'une violation "blanche" de la loi. Le juge froid Accepté La demande et ordonné l'unification des fichiers.

L'avocat Sagi Beno, l'avocat Hetz David et l'avocat Daniel Klein, qui s'est chargé de l'affaire pro bono sans payer d'honoraires.

Au centre de l'audience qui s'est déroulée ce matin en présence des parties, le bureau du procureur général, représentant le ministère de la Santé, a affirmé que l'État n'était pas obligé de fournir du cannabis à des fins médicales aux patients et que la responsabilité de l'approvisionnement incombait uniquement à Tikkun Olam.

En conséquence, l'État a demandé au juge de retirer sa plainte et de déterminer que la plainte contre le ministère de la Santé devait viser spécifiquement Tikkun Olam. Afin de renforcer leur affirmation, ils ont déclaré que, le cannabis à des fins médicales n'étant pas inclus dans le panier de soins de santé, l'État n'est pas obligé de le fournir.

De son côté, l'avocat Beno, représentant les patients, a affirmé que la responsabilité de l'approvisionnement continu en cannabis à des fins médicales incombait à l'État et que la décision de fermer la ferme de Tikkun Olam découlait d'une ordonnance de fermeture imposée par le directeur du YKR Yuval Landstafft.

L'avocat Roi Blecher, qui représentait Tikkun Olam à l'audience, a renforcé l'affaire et a précisé que la société ne détenait pas de permis pour émettre des entrées à la suite d'une décision du ministère de la Santé et qu'une procédure judiciaire était en cours, et par conséquent, même si elle le souhaitait, Le cannabis pour les patients.

Le juge n'a pas été impressionné par la plainte de l'accusation et a laissé entendre qu'en fait, comme l'a prétendu l'avocat Banu au nom des patients, la principale responsabilité de la fourniture de cannabis médical continu aux patients détenteurs d'une licence est apparemment l'État, le ministère de la Santé et le médecin en chef, bien que la question de l'obligation de délivrer du cannabis reste une question ouverte. .

Le juge Hecker n'a pas statué sur cette question et a accordé au ministère de la Santé une prorogation pour pouvoir soumettre une réponse écrite détaillée à 15.9. Le juge a également décidé que sa décision serait prise en 16.9 et qu'il déterminerait la question de savoir qui est responsable et obligé de délivrer du cannabis aux patients - le ministère de la Santé ou les fabricants.


Amendes de cannabis

(A partir de 1 en avril 2019)

Basé sur un chiffre révélé par le ministre Erdan. La police refuse de révéler son chiffre officielDétails ici)

Retour à bouton en haut